Qui sommes-nous ? Agir Ami.e.s Régions Adhérer Dossiers et Formations Lett'Info Faire un don Facebook
Photo
Bienvenue sur le site des Ami.e.s de la Confédération Paysanne

Les Ami.e.s sont solidaires des artisans de la résolution des conflits au Pays basque

Les acteurs du désarmement sont engagés dans l’urgence climatique et la promotion de l’agriculture paysanne, nous sommes à leurs côtés pour la paix !


Demandons l’arrêt des poursuites des 5 #ArtisansDeLaPaix

Les Ami.e.s de la Confédération Paysanne s’insurgent contre l’arrestation de militants pacifistes basques (dont Michel Berhocoirigoin, ancien président de la chambre d’agriculture alternative du Pays basque et Michel Bergouignan, paysan viticulteur de la Conf’), et demandent l’arrêt des poursuites. Une fois encore le gouvernement exploite et abuse du qualificatif de "terroristes" face à des militants non-violents qui ont voulu enclencher de manière symbolique le processus de désarmement de l’ETA. Le gouvernement ne peut pas se servir de l’état d’urgence et se tromper de cible face à de vrais faiseurs de paix.

Communiqué le 20 décembre 2016

Signez la pétition :

Passez à l’action

5 militants non-violents ont été arrêtés pour avoir enclenché le processus de désarmement de l’organisation armée ETA, et de procéder à la destruction d’un premier stock d’armes.

Txetx Etcheverry (co-fondateur de Bizi, Alternatiba et ANV-COP21), Michel Berhocoirigoin (co-fondateur et ancien président de EHLG, la Chambre d’agriculture alternative du Pays Basque), Michel Bergouignan (coopérateur viticole dans l’appellation basque Irouléguy), Béatrice Haran-Molle (journaliste), et Stéphane Etchegaray, dit Etxe (professionnel de l’audiovisuel chargé de filmer la destruction des armes par les protagonistes), ont été arrêté par la police vendredi 16 décembre à Louhossoa (Pays Basque) alors qu’ils procédaient à la neutralisation des armes d’ETA, dans l’objectif de les remettre ensuite aux autorités.

Leur action vise à palier à l’absence d’implication des Etats français et espagnol dans cette entreprise de désarmement, nécessaire au déroulement du processus de paix au Pays Basque.

Txetx Etcheverry, Michel Berhocoirigoin, mais aussi Michel Tubiana, président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme, avaient précisé leur démarche dans des courriers qui ont été transmis à la presse : « Nous nous situons en intermédiaires entre une organisation armée avec laquelle nous n’avons aucun lien ni subordination, et un Etat que nous voulons amener à réfléchir. (…) Nous avons décidé de prendre nos responsabilités avec la conviction que cela peut être utile à la paix. C’est pourquoi, nous avons proposé à l’organisation ETA de transférer à la société civile la responsabilité politique de la destruction de son arsenal militaire. Nous avons choisi de le faire de manière publique et assumée, à l’instar des engagements dont nous sommes porteurs. Ces engagements sont publics et transparents. Ils sont caractérisés par l’implication personnelle, le souci de la démocratie, le choix de la non-violence ».

L’action de destruction d’armes qui a été menée par les artisans de la paix relève d’une démarche non-violente, transparente et courageuse pour faire avancer ce processus de paix. Nous demandons que les gouvernements français et espagnols s’engagent concrètement dans ce processus de paix et suivent les recommandations de la Conférence Internationale de Paix de Aiete (déclaration intégrale sur la paix au Pays Basque tenue en octobre 2011 à Saint-Sébastien).

STOP aux poursuites des #ArtisansDeLaPaix Txetx Etcheverry, Michel Berhocoirigoin, Michel Bergouignan, Béatrice Haran-Molle, Stéphane Etchegaray.

Signez


Publié le mardi 20 décembre 2016

Autre(s) Actualité(s) :

Conception Isabelle SUZANNE & Thierry CARRE
Facebook Liens amis   |    La confédération paysanne   |    Contact    Twitter