Qui sommes-nous ? Agir Ami.e.s Régions Adhérer Dossiers et Formations Lett'Info Faire un don Facebook
Photo
Bienvenue sur le site des Ami.e.s de la Confédération Paysanne

Le Triangle de Gonesse…. sous l’ombre d’Europa City…

Invitation à participer à la réunion publique à PARIS 2ème-Salle Jean Dame, rue Léopold Bellan M° Sentier à 19h pour profiter de la réelle dynamique qui s’est faite jour contre ce projet monstrueux d’artificialisation du Triangle de Gonesse. Le 8 novembre, voyons tous ensemble quelle suite à donner à cette lutte qui a déjà montré son efficacité pendant le débat public afin de ne pas laisser retomber le mouvement d’opinion publique.

Face aux promoteurs des "mirages" aux emplois, construisons des alternatives au bétonnage des terres agricoles

Europa City >Décryptage : projet mégalomane d’un centre ludo-récréatif de 750 000 m2, avec aqualand et piste de ski, à l’horizon 2024 sur le Triangle de Gonesse, un des derniers espaces agricoles de la banlieue parisienne, à une quinzaine de kms au nord est de la capitale. Investissement prévu par Immochan, filiale immobilière du groupe Auchan, porteur du projet : 3,1 milliards d’euros.

- Ambition : être, avec 31 millions de visiteurs par an la 1ère destination touristique d’Europe à la place d’Eurodisney (jamais plus de 15 millions d’entrées annuelles !...). Or ce géant, vanté comme un concept innovant, ni Eurodisney bis ni hypermarché, sera pourtant bien, avec 500 boutiques sur 230 000 m2, plusieurs hôtels, 20 000 m² de restaurants et 75 % d’espaces payants, un vaste pôle commercial, alors que l’est du Val d’Oise et le nord de la Seine-St-Denis en sont déjà saturés, dans un contexte de concurrence très dure. De plus, si le Triangle de Gonesse n’a jamais été urbanisé depuis la création de Roissy Charles De Gaulle, c’est parce que les nuisances, notamment sonores, liées à son trafic et à celui du Bourget le rendent inconstructible, encore moins habitable : 2 accidents aériens s’y sont déjà produits.

Mais si la famille Mulliez, propriétaire d’Auchan, a pourtant choisi cet endroit, c’est que son projet y fut accueilli à bras ouverts en 2010 par les pouvoirs publics, l’État et les collectivités locales du Val d’Oise (conseil départemental, communes de l’Est du département, notamment Gonesse, où se trouve le Triangle).

Europa City s’inscrit dans un projet de ZAC (zone d’aménagement concerté), mis en place par l’EPA (établissement public d’aménagement) Plaine de France. Auchan a emporté le soutien des populations locales en leur distribuant le rêve d’un gigantesque et prestigieux parc d’attractions et de loisirs à côté de chez eux, sur leur territoire déshérité, et en promettant beaucoup d’emplois locaux : 4 200 emplois par an pendant la construction et 11 500 après ouverture.

Chiffres très surévalués :
- Construction : les 3 grandes entreprises seules capables en France d’obtenir un marché BTP de cette taille amènent avec elles leur main d’œuvre permanente et qualifiée. Elles ne recrutent sur place que quelques centaines d’emplois en CDD pour des besoins ponctuels.
- Après ouverture : surestimation de 30 à 50 % par rapport aux ratios constatés aujourd’hui, notamment en étudiant ce qui se passe déjà sur le bassin d’emploi de Roissy et pour les 2 grands parcs d’attraction de la région : Aéroville, 83 000 m2 : 1600 emplois contre 2600 promis. Appliqué aux 250 000 m² de surfaces commerciales et restaurants d’EC, cela correspondrait à moins de 5000 emplois. Quant à la culture, les grands musées, beaucoup plus étendus en surface qu’Europa City, n’ont qu’un nombre d’emplois modeste, proportionnellement : 110 pour Le Bourget (255 000m2) et 2000 pour Le Louvre (210 000 m²), comment Europa City pourrait-il atteindre 6 000 emplois pour 50 000 m², soit 3 fois plus que le plus grand musée du monde !

Ce «  miroir aux alouettes » va de pair avec un constat effarant pour cette zone sinistrée de l’Ile de France : aucune politique d’aménagement du territoire digne de ce nom. Pas de densification du tissu urbain existant par restructuration ou réhabilitation, mais extension urbaine à l’infini, au détriment des derniers espaces agricoles. On ne programme que du tertiaire alors que l’offre existante est déjà largement excédentaire : dizaines de milliers de m² de bureaux inoccupées. Seule certitude en matière d’emploi sur la zone : la disparition des agriculteurs, par les expropriations (indemnisation de 6 euros le m² pour un sol parmi les meilleurs du monde sur le plan agronomique).

Le débat public (13 mars au 13 juillet 2016) a permis de mettre les projecteurs sur l’opposition grandissante que ces leurres et ces menaces économiques et environnementales suscitent dans la société civile francilienne, mais aussi dans une partie des habitants du secteur, tout particulièrement du 93. Plusieurs associations ont donc mêlé leur voix à celles du Collectif Pour le Triangle de Gonesse. Ainsi "Terre d’envol", association de défense des 8 communes du 93 les plus proches du Triangle de Gonesse, non consultées par l’EPA pour la création de la ZAC. Les prévisions fallacieuses ont été contestées par des experts indépendants, des chercheurs. A cette heure, Auchan maintient son projet, les pouvoirs publics lui maintiennent leur soutien, local et national. Mais les promesses mirifiques d’emploi, de respect de l’environnement, de rayonnement du secteur ont été sérieusement mises à mal auprès du public.

Face à ce recul de crédibilité, les soutiens officiels de la ZAC et d’Europa City essaient de passer en force : annonce aux agriculteurs que les travaux de la gare et de la ligne 17 (Nord) vont commencer dès ce mois d’octobre 2016. Mais fort de tous les soutiens associatifs et militants le CPTG met en place une double stratégie :
- Recours juridiques contre toutes les procédures contestables,voire illégales, comme la signature en août de la Déclaration d’Utilité Publique de la ZAC.
- Coordination la plus large possible au niveau régional, afin de continuer la lutte, mais aussi de trouver tous ensemble les alternatives au bétonnage qui mettront le Triangle de Gonesse sous le signe d’un développement soutenable.

Le 8 novembre prochain, à l’appel de 10 associations ou collectifs, dont les Ami.e.s de la Conf, aura lieu à 19 h, à la salle Jean Dame, 17 Rue Léopold Bellan, à Paris (2ème arrdt) une réunion pour faire le point de la lutte contre les projets d’artificialisation du Triangle de Gonesse, et trouver ensemble la suite à lui donner. Venez nombreux !

Jean-François Wolff, administrateur du CPTG et des Ami.e.s de la Conf’


Publié le mercredi 19 octobre 2016

Autre(s) Actualité(s) :

Conception Isabelle SUZANNE & Thierry CARRE
Facebook Liens amis   |    La confédération paysanne   |    Contact    Twitter