Qui sommes-nous ? Agir Ami.e.s Régions Adhérer Dossiers et Formations Lett'Info Faire un don Facebook
Photo
Bienvenue sur le site des Ami.e.s de la Confédération Paysanne

Dérives dans les abattoirs : au delà du traitement animal, la condition paysanne et la question de sa survie

Communiqué de presse

Bagnolet, 31 mars 2016
- La crise des abattoirs ne doit pas cacher la détérioration des conditions de travail des salariés de l’agroalimentaire


Les Ami-e-s de la Confédération paysanne s’indignent des cas de maltraitance animale qui sont révélés dans les abattoirs notamment à travers le dernier exemple du Pays Basque (à Mauléon), ils témoignent des dysfonctionnements qui gangrènent les filières viande.

La crise des abattoirs est le révélateur d’une problématique plus large, celle des salariés et du respect des producteurs qui accompagnent au mieux des animaux dont la traçabilité s’arrête aux portes de l’abattoir.

Aujourd’hui, la prise de conscience de la place de l’animal et de son bien-être par l’ensemble de la société est avérée. Une évolution des pratiques alimentaires semble se dessiner par la diminution de la part des produits carnés dans notre nourriture.

Cependant, cela ne peut pas occulter l’apport écologique et économique de l’élevage dans nos campagnes essentiel dans le maintien d’activités rurales et de survie de l’activité humaine d’origine paysanne.

Il est donc nécessaire de prendre en considération la place des éleveurs dans nos sociétés, et leur reconnaître des apports culturels et culinaires : c’est légitimer leur rôle dans la vitalité des territoires et celle des éco-systèmes.

Les Ami-e-s de la Conf’ sont défenseurs des équipements de proximité et d’intérêt général/public au service de filières d’élevage qui font vivre les territoires. Ils déplorent que la sacro-sainte compétitivité et la volonté exportatrice aboutissent à la dégradation des conditions de travail dans les équipements concernés. Plus largement dans les abattoirs industriels privés les ouvriers sont exposés à des cadences infernales, souvent inhumaines, tant physiquement que psychiquement, et conduisent à des dérives condamnables.

En tant que citoyens-consommateurs, nous appelons à la nécessité d’abattoirs de proximité, de la formation et du statut des personnels qui subissent des conditions sociales insupportables. Des mesures s’imposent pour renforcer la responsabilité des opérateurs et pour assurer par un contrôle administratif et citoyen les postes d’abattage. C’est un devoir de réhabiliter le travail des éleveurs amoureux de leur métier et respectueux de leur bétail.

Et assurer un avenir aux paysans qui par leur rôle alimentaire et d’aménagement du territoire exercent un métier d’intérêt général !

Bagnolet, 31 mars 2016

- Pour aller plus loin
- "Replacer l’animal dans nos éco-systèmes et l’économie paysanne"


Publié le jeudi 31 mars 2016

Autre(s) Actualité(s) :

Conception Isabelle SUZANNE & Thierry CARRE
Facebook Liens amis   |    La confédération paysanne   |    Contact    Twitter