Qui sommes-nous ? Agir Ami.e.s Régions Adhérer Dossiers et Formations Lett'Info Faire un don Facebook
Photo
Bienvenue sur le site des Ami.e.s de la Confédération Paysanne

Lettre Trimestrielle n°6 - septembre 2006

PDF - 2 Mo
0609-lettre trimestrielle
lettre trimestrielle de septembre 2006

RETOUR A LA VRAIE VIE

Du riz transgénique dans nos assiettes, du « vin »chimico-industriel dans nos verres, mais pas de bio-carburant dans nos réservoirs. L’automne commence fort, surtout que le FAO publie un rapport appelant à une nouvelle « révolution verte », sous peine de voir la planète mourir de faim ! Une révolution verte, cela veut dire : quelques milliers de paysans en moins en France, quelques millions dans le monde, la poursuite des suicides des paysans Indiens ruinés par les trusts de l’agro alimentaire et les banquiers véreux. On peut imaginer le scénario. Les médias au service des multinationales vont faire monter la peur, puis les « Zorro » de l’agro alimentaire vont arriver avec leurs OGM, les gros exploitants agricoles vont continuer leur razzia sur les petites exploitations au nom de la nécessaire productivité, vitale pour la survie de la planète, et renforcer ainsi le phénomène d’exode rural. Cela permettra bien sûr aux multinationales de l’industrie de disposer d’une main d’œuvre pas chère, et en France de nous expliquer qu’il faut casser le SMIC et revenir sur le modèle social français. Et nous, et bien nous mangerons de l’OGM, des légumes industriels sans goût mais bourrés de produits chimiques et nous boirons du château « usine 27 » à base d’eau, de produits chimiques et de copeaux de chêne (fini le petit vin de région, pas rentable - pour les gros de l’agro alimentaire bien sûr) avant de finir à l’hôpital : il faut quand même bien que les trusts du médicament aient leur part du gâteau Il nous faut continuer, renforcer nos luttes pour que ce « meilleur des mondes » n’existe pas. Nous devons aussi re-réfléchir aux moyens. L’adversaire aujourd’hui est de moins en moins l’État, son pouvoir est de plus en plus illusoire, non l’adversaire ce sont les multinationales qui font la pluie et le beau temps aidées par les organismes nationaux ou internationaux -OMC, FMI, FAO, OMS, Banque mondiale etc ... pour accroître leur domination. Même l’humanitaire est en train de tomber entre leurs mains : vive l’ONG Bill Gates et consort ou comment se blanchir en faisant du « social ». Pourtant, il y a des points communs entre le paysan indien acculé au suicide ou à la vie misérable dans un bidonville, les Indiens des zones amazoniennes chassés de ses terres par les exploitants de soja, le travailleur immigré Africain qui quitte son pays pour venir dormir sous les ponts de Paris avant d’être chassé et nous, paysans, ouvriers, artisans en France. Nous voulons vivre décemment dans notre pays de notre travail, nous voulons manger et boire des produits sains et de qualité. A nous de trouver les moyens pour changer nos habitudes, transformer les réseaux de distribution, accepter de consommer mieux-au lieu d’un illusoire plus -. Des fermes travaillant en accord avec des consommateurs qui leur garantissent un revenu mais aussi un dialogue, le modèle des AMAP est une voie, celui du commerce équitable aussi, -incluant les paysans français pas celui des multinationales du café-la micro finance, les associations de consommateurs. Aucune de ces réponses n’est La réponse. Beaucoup reste à construire et cela doit s’accompagner d’une réflexion sur les moyens d’attaquer directement le pouvoir des multinationales sur le plan juridique, sur le plan financier et d’autres. La tâche est vaste, mais on ne peut plus tolérer que quelques milliers de personnes décident du sort de la planète pour leur seul profit personnel, réduisant les autres -tous les autres, même ceux à qui ils arrivent à faire croire qu’ils font partie des « élus »-à la dépendance et à la misère, à-nous de prendre la main et de dire NON à leur monde et d’en créer un autre. Jean AZAN, Trésorier des Amis de la Conf’

NEUVES-MAISONS : de la sidérurgie aux OGM

Neuves-Maisons, près de Nancy, connue pour ses aciéries, accueillait mercredi 20 septembre le biologiste Jean-Marie PELT pour une conférence-débat intitulée : Les OGM, volonté d’en finir avec la nature ? L’initiative en revenait à CLCV (Consommation Logement et Cadre de Vie) du bassin de vie de Neuves-Maisons. Les Amis de la Conf’ étaient partenaires, avec d’autres associations locales, ainsi qu’avec le Conseil Général de Meurthe et Moselle et les communes de Neuves-Maisons, Pont Saint Vincent, Chavigny. Parler et débattre des OGM dans un ancien fief de la sidérurgie lorraine pouvait passer pour une gageure. Ce fut un franc succès. Cinq cent personnes ont écouté attentivement Jean-Marie PELT exposer les méfaits des OGM et les mensonges sur les OGM, et décrire les stratégies des firmes multinationales. La science, l’expérience et le talent oratoire de JM Pelt ont captivé l’auditoire durant plus d’une heure trente. Le temps était ensuite compté et le débat fut bref. Mais les interventions et les questions ont montré un public déjà sensibilisé et instruit. Il fut question des politiques plus démissionnaires (pour ne pas dire plus) que contraintes à l’impuissance par les puissances du capital, de la recherche médicale prétendument liée aux cultures d’OGM en plein champ, du purin d’ortie inoffensif, efficace et interdit, des faucheurs et de la désobéïssance civile, du monopole des semenciers aux brevets douteux, etc. Bref cette réunion, comme d’autres, a montré l’immense décalage entre les politiques influencés (pour ne pas dire plus) par les lobbies et les citoyens beaucoup mieux informés qu’on le croit et qui veulent savoir et comprendre avant de prendre position.

PAS DE RÉPIT CONTRE LES OGM

Tout d’abord, la suite des débats parlementaires les concernant n’aura pas lieu lors de cette session. Pourtant l’été fut riche en fauchages (notamment, et c’est nouveau) de cultures commerciales de maïs. Alors que celles-ci ont débuté l’an dernier, déjà la contamination est avérée, comme le montre une étude de pollution génétique en Lot-et-Garonne dont le dossier est présenté par le collectif « Aquitaine Avenir sans OGM ». Les procès intentés aux Faucheurs Volontaires à Dax, Marmande avec des réquisitions sévères montrent que la puissance publique est schizophrène, sachant se déterminer dans un cas, mais n’osant pas affronter l’immense majorité du peuple qui dit « non aux OGM ». La notion de coexistence, avec son côté « fortuit » de pollution génétique était aussi présente à Carcassonne, au procès fait à ASGROW, filiale de MONSANTO. Leurs défenseurs ont voulu prouver l’inéluctabilité et l’irréversibilité de la présence du soja OGM dans la nature, quand bien même il ne serait pas cultivé ici. Ils ont aussi tenté de semer la confusion entre la tolérance réglementaire dans les produits alimentaires (avec l’étiquetage) et le seuil zéro absolu d’OGM non autorisés dans les cultures. Enfin, nous avons vu apparaître des « Constructions Génétiques Artificielles » (CGA) dans des produits alimentaires qui n’étaient pas sensés en contenir : riz de Chine ou des USA. Stupéfiant ! les divers protagonistes (Riceland, Bayer et l’USDA) ont volontairement caché leur présence, et le riz ainsi contaminé se trouve dans la chaîne alimentaire. ! Or, ces CGA ne sont pas autorisées à la consommation, et doivent être considérés comme impropres à la consommation. D’autre part, des mesures d’assainissement de la chaîne alimentaire n’ont pas été prises par la Commission européenne, même si les importations ont été interdites et cela bien tardivement. En bref, la coexistence est bien impossible car la politique du fait accompli, par tous les moyens, est bien la stratégie des firmes semencières

LA CONFEDERATION PAYSANNE ET LES PROBLÈMES VITICOLES A LA FETE DE L’HUMA

La Confédération paysanne était à la fête de l’Huma les 15,16 et 17 septembre. Les 3 jours ont été consacrés à la crise viticole organisée et par conséquence au naufrage du Vin, le vrai.

Le nombreux public, curieux de la présence nouvelle du syndicat à cette manifestation, a été intéressé par le sujet du fait du contact direct de la dizaine de vignerons présents. Ils ont pu expliciter la réalité d’une production de qualité en butte à la volonté de la fabrication et la distribution de produits standardisés, où la part du raisin n’aurait plus qu’un rôle mineur.

Le débat organisé le dimanche à 11 h par le journal « L’Humanité », a été suivi par un public attentif. Y participaient Pascal Frissant, le responsable de la commission viticole de la Conf’, Jean-Claude Escudier, chercheur à l’INRA de Pechrouge, des viticulteurs du MODEF, etc ... La recherche d’un plus grand profit est à l’origine de la nouvelle crise viticole. Le rendement doit augmenter, aussi bien dans les vignes que dans les laboratoires, et s’appuie sur une grande confusion entretenue sur la définition même du nom « Vin ». Les paysans soucieux de la poursuite de la recherche de la qualité, de pratiques agronomiques adaptées à leur terroir paieront pour une grande partie le prix né de cette confusion.

Ils ne seront pas les seuls, puisque les consommateurs du vrai « Vin » verront les bons produits se raréfier, et les personnes moins informées ou moins exigeantes boiront des ersatz plus riches en pesticides et autres denrées chimiques. Evidemment, tous les citoyens supporteront encore plus la dégradation de l’environnement liée à la disparition des paysans, à la réintroduction de pesticides plus nombreux, à l’exploitation sans réserve des ressources naturelles (eau, hydrocarbures, ...).

Les Amis de la Conf’ étaient bien naturellement présents, marquant toujours l’implication des citoyens dans ces débats. Notre soutien humain et matériel a été très apprécié de nos amis paysans. Dans les nombreuses rencontres que nous avons eues, nous avons aussi pu aborder les questions du commerce équitable (partout, et pas seulement sur un axe nord-sud), les nouvelles des OGM ...

Nous avons ainsi constaté que la Confédération paysanne a une notoriété avec un capital de sympathie (du public de cette manifestation). La place particulière des Amis de la Conf’ a beaucoup intéressé ceux qui ne nous connaissaient pas.

Encore une expérience riche de découvertes.

Notre site : www.lesamisdelaconf.org Notre contact : contact@lesamisdelaconf.org Notre adresse : Amis de la Conf’ - 104, rue Robespierre - 93170 BAGNOLET

NOUVELLES DES RÉGIONS

LA FETE DE DE LA CONF’ A MORTAGNE S/GIRONDE CHARENTE MARITIME

Pour la troisième année consécutive, la Confédération Paysanne a organisé une journée de fête à Mortagne. Le cadre est agréable : un petit port qui débouche sur l’estuaire de la Gironde. Cette fête a pour thème "de la terre à l’assiette", c’est-à-dire que les produits qui sortent de la terre et qui arrivent dans nos assiettes soient les plus sains possibles. C’est pourquoi nous organisons un marché sur une grande partie de la journée avec une trentaine de producteurs suivant l’agriculture paysanne ou biologique et en plus cette année, plusieurs stands proposaient des produits issus du commerce équitable nord-sud. Vers le milieu de l’après-midi, une conférence a eu lieu avec plusieurs intervenants sur le thème de la journée et plus particulièrement : "les incidences des OGM et des pesticides sur la santé". Intervenaient Claude MARTIN, médecin généraliste et Conseiller général de Charente Maritime qui a fait une thèse sur le sujet ; Raymond Leduc et Jo Bourgeais.

Les citoyens consommateurs de Charente Maritime connaissent bien maintenant les marchés organisés par la Confédération Paysanne et viennent très nombreux, non seulement pour s’approvisionner en produits sains, mais aussi pour rencontrer des producteurs et des militants. L’assistance très nombreuse et studieuse présente sous le tivoli pendant la conférence témoigne de l’intérêt grandissant des idées de la Confédération Paysanne et de ses Amis dans la population toute entière.

Les stands de la Confédération Paysanne et des Amis de la Confédération Paysanne ont connu un grand succès avec des adhésions à l’Association que résume cette réflexion entendue après la conférence : "après ce qu’on vient d’entendre, on ne peut qu’adhérer et soutenir ce que vous faites". Cette année nous avons voulu organiser une soirée particulièrement pour les jeunes avec plusieurs orchestres dont "les hurlements d’Léo" très connu qui offrait sa prestation gracieusement à la Confédération Paysanne. Le succès de la soirée n’a pas été à la hauteur de nos espérances, surtout sur le plan financier, mais nous sommes très contents d’avoir essayé.

LIVRES, CD, DVD

Les coulisses du commerce équitable : Mensonges et vérités sur un petit business qui monte de Christian Jacquiau - Éditions Mille et une nuits

CD : Paysâmes, pour la Conf’ : 20 ANS , 20 CHANSONS AVEC une petite dizaine d’inédits, de Renaud, la Varda, Jules Marquart, Nationale 7, Gustave Parking, Tue loup, Leprest, Boule, Tagada Jones, sans oublier bien sûr, l’illustre cadeau posthume de Claude Nougaro, la chanson "Paysâme" mise en musique par Jehan. 15 € à la Conf’, dans les kiosques et chez les disquaires. JEU : Si j’étais paysan, sort au début du mois de juillet (À commander auprès des Amis à Bagnolet - 15 €). Jeu de l’oie convivial initié par la Conf’ du Limousin.

CALENDRIER

10 octobre : procès des Faucheurs Volontaires à Orléans

27 octobre : procès de Jean Emile SANCHEZ, à Vienne

PDF - 2 Mo
0609-lettre trimestrielle
lettre trimestrielle de septembre 2006

Publié le vendredi 29 septembre 2006

Autre(s) Lettre(s) :

Conception Isabelle SUZANNE & Thierry CARRE
Facebook Liens amis   |    La confédération paysanne   |    Contact    Twitter